Stefanu Leca, militente è anzianu prigiuneru puliticu si n’hè andatu – Les hommages et réactions en #Corse

Masque Génétiquement Ribellu 13.49€

(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020 – Article du 19



Les hommages et réactions



(Unità Naziunale Publié le 21 octobre 2020) Corsica Libera : Torna una volta, una volta di più, una volta di troppu, un omu hè statu assassinatu. Stefanu Leca, militente è anzianu prigiuneru puliticu si n’hè andatu, toltu à l’affezzione di i soi da a malamorte chì troppu spessu culpisce u nostru paese. Corsica Libera presenta à tutti i soi e so cunduglianze sincere, è afflitte. U nostru muvimentu cuntinuerà à luttà pè l’avvenimentu d’una sucetà corsa sbarazzata da ogni viulenza criminale. Una sucetà veramente libera è in pace.

(Unità Naziunale Publié le 21 octobre 2020) Associu Sulidarità:  Torna una volta, una volta di più, una volta di troppu, un omu hè statu assassinatu. Stefanu Leca, militente è anzianu prigiuneru puliticu si n’hè andatu, toltu à l’affezzione di i soi da a malamorte chì troppu spessu culpisce u nostru paese. L’Associu Sulidarità presenta à tutti i soi e so cunduglianze sincere, è afflitte. L’Associu Sulidarità cuntinuerà à luttà pè l’avvenimentu d’una sucetà corsa sbarazzata da ogni viulenza criminale. Una sucetà veramente libera è in pace.

(Unità Naziunale Publié le 21 octobre 2020) Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse : Stéphane Leca, militante naziunalistu, anzianu prigiuneru puliticu, hè statu tombu. Un drama di più nantu à a nostra terra. Ancu s’elle sò debbule e parolle, ci vole à ripete chì sti fatti ùn si ponu addimette. Duleanze sincere à i soi.



(Unità Naziunale Publié le 21 octobre 2020) Gilles Simeoni, Président du Conseil Exécutif : Stéphane Leca était un militant nationaliste et un ancien prisonnier politique. Et aussi un père de famille et un homme estimé que rien ne destinait à une mort tragique. Son assassinat sème une fois de plus la désolation, et suscite incompréhension et refus absolu de ces dérives mortifères. Cunduglianze afflitte à i soii.



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020) Cambiemu A Ghisunaccia : Stéphane Leca, père de 3 enfants, compagnon de notre amie Lucia Fazi, militant nationaliste sincère et engagé auprès du Collectif d’anciens prisonniers Patriotti a été assassiné. Cet assassinat est un nouveau drame pour la Corse, qui en a malheureusement trop vécu. Cambiemu A Ghisunaccia s’incline devant sa mémoire et présente à sa famille et à tous les siens ses plus sincères condoléances.



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020) U Partitu di a Nazione corsa saluta a memoria di Stefanu Leca, assassinatu eri in Padulella. Babbu di famiglia è patriottu sinceru, s’era indiatu da giovanu in a lotta di stu populu à pro di l’emancipazione naziunale, in tantu chè militante di u Fronte. Dopu à parechji anni di prigiunia, era diventatu unu di i pilastri di l’associu Patriotti, per difende è fà ricunnosce i diritti è a dignità di i naziunalisti corsi ch’avianu patutu a ripression culuniale. Di pettu à a fatalità criminale, u dulore è a fisgrazia, ùn bastera u ricusu di a malamorte. A nostra strada ferma a listessa, quella d’una lotta storica chi brama a demucrazia è a libertà. U rispettu di a vita hè più che mai, di pettu à quelli chi sumenanu l’odiu è u dolu, u mezu upiù ghjustu è a tempu, a suluzione pè fà l’avvene è custrui n Nazione. Devenu piantà subitu ste strage è st’atti criminali, chi toccanu sti pochi tempi militanti naziunalisti di tutte e tendanze. U PNC porghje u so sustegnu fraternu à tutti i soi; è presenta e so cunduglianze à a so moglia, à a so famiglia è à tutti i soii.



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020) IN UMAGHJU À U NOSCIU FRATEDDU, STEFANU LECA :Stefanu Leca hè statu tumbu à tradimentu… Quiddi chi si so resi rispunsevuli d’issu novu attu barbaru sapiani du sicuru chi u nosciu frateddu era monda cunisciutu è stimatu par i so valori, a so ghjentilezza, a so bravura è u rispettu ch’iddu purtaia à tutt’ugnunu. Stefanu era un babbu di famiglia chi vulia bè assai assai à a so moglia è i so ziteddi. Stefanu tinia à a so tarra, a so cultura è u so populu. N’avvia pagatu u prezzu essendu incarciaratu par parecchji anni in Francia. Era infini unu di nosci aderenti, monda ingaghjiatu in a difesa di i dritti di tutti i prighjuneri pulitichi è di tutti l’anziani prighjuneri pulitichi. Stefanu era un militenti storicu di a Lotta di Libarazioni Naziunali. Quiddi chi l’hani cacciatu a vita a sapiani bè… Tocc’à ugnunu di pidà in contu ‘ssu chjaruscuru chi infracicheghja a sucità corsa. Par contu nosciu raminteremu avali a parola di Stefanu :  » Un cappiemu nudda ! » Avali sò tempi di dolu è di raccugliamentu. Prisentimu à tutt’a so famiglia, à a so moglia Lucia, i nosci cundulianzi afflitti. Dumandemu à ogni patriottu di vena à renda umaghju à u nosciu frateddu. Prighemu tutti parchi a so anima ripusessi oramai in paci in l’eternità di Diu. PATRIOTTI



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020) La ligue des droits de l’Homme condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat de Stéphane LECA. A sa famille, à ses proches, elle présente ses plus sincères condoléances. Nous devons refuser de nous habituer à cette violence. L’assassinat d’un homme est inacceptable. La Ldh redit son refus de la fatalité. Il revient à la justice d’établir la ou les responsabilités sur cet assassinat et sur tous ceux qui restent à ce jour impunis.”



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020)  Core In Fronte salue la mémoire de Stéphane Leca assassiné, dans sa maison, à Moriani. Stéphane était un patriote sincère et un compagnon de lutte fidèle. Membre du FLNC, il avait été condamné à 7 ans de prison, en 2007, pour des actes politiques légitimes. Les zones littorales de Corse attisent les convoitises crapuleuses. Les hommes de conviction, comme Stéphane, sont devenus des personnes gênantes à éliminer. Aujourd’hui, pour certains, tuer un nationaliste honnête n’est plus un tabou ou un obstacle pour continuer à créer et entretenir un climat délétère en Corse. Core In Fronte appelle l’ensemble du Mouvement National à la vigilance. À tè, Stefanu, l’abbracciu d’issa terra.



(Unità Naziunale Publié le 20 octobre 2020)  FEMU A CORSICA: Oghje torna, un babbu di famiglia hè statu assassinatu. Oghje torna, un militante di valore impegnatu da giovanu hè cascatu. Stefanu Leca, era un militante chì tenia à so terra, à so cultura u so populu. Era stimatu pè a so bravezza è pè i so valori. Militante storicu di u FLNC era impegnatu à fiancu à l’associu « PATRIOTTI » pè difende i diritti di i prigiuneri pulitichi. Femu a Corsica presenta à i so figlioli, à a so moglia, à a so famiglia è à tutti i soii e so cunduleanze e piu afflite. Femu a Corsica s’oppone à tutte e malavie chì tocchanu a sucietà corsa. Ùn si po accettà chì a viulenza criminale sia una fatalità. Ùn si pò avè d’altre strada che quella di a demucrazia pè cunstruì a sucietà corsa che no speremu.



(Unità Naziunale Publié le 21 octobre 2020) A Manca : Stefanu Leca, militant de la LLN est tombé sous les balles d’assassins encore non identifiés. En ces circonstances dramatiques nos pensées vont à tous ses proches pour qui sa disparition brutale marque désormais la vie. Sans la moindre hésitation, nous condamnons cette exécution, qui s’inscrit dans le climat délétère qui détruit la société corse et laisse entrevoir ce que pourrait-être un pouvoir confisqué par la pègre. Depuis des lustres, l’appareil d’état a concentré en Corse, des moyens de police considérables. L’objet de cette pléthore de fonctionnaires issus de divers services ne souffre d’aucune ambiguïté. Il s’agit d’une « pacification » méthodiquement entreprise afin d’annihiler toutes les formes de résistance. A ce premier constat se rajoute la certitude que le pourrissement de la situation a pour but d’instaurer un climat d’insécurité afin que le peuple se tourne vers la puissance étatique, pour lui demander aide et protection. Notre histoire et nos mémoires ont déjà connu et enregistré des situations similaires. A une Corse maîtresse de son destin, l’état Français préfère une région « normalisée », quitte pour cela, a laisser le champ libre à la voyoucratie. Qu’importe dès lors à ses yeux une spéculation prédatrice et le délitement de toute une société. La pègre participe pleinement au projet d’augmentation artificielle de la population de l’île à 450 000 habitants, une façon pour Paris de régler définitivement la question corse. Attendre dès lors, de ce même état qu’il applique les règles d’un état de droit, revient a favoriser la soumission générale au diktat de la raison d’état. Si solution il doit y avoir, l’impasse sur les causes de notre marasme ne peut être pratiquée plus longtemps. Tant qu’un système permettra l’exploitation sans vergogne des hommes, des terres et de tous les moyens d’existence, aucune issue ne pourra raisonnablement être envisagée. Et ceux qui veulent détruire la Corse à leur seul profit, continueront à détruire la vie des Corses. A MANCA.

 

 

 



Les années 2001 – 2007

Militant de la Lutte de Libération Nationale il a été incarcéré en 2002 et condamné en Mai 2007 lors du procès du FLNC « des Anonymes ».

Stefanu Leca avait été interpellé le 9 décembre 2002 à l’âge de 30 ans.

Il a été pris en charge par le Comité Anti Répression (politique) et l’Associu Sulidarità (humanitaire) pendant sa préventive peu après son incarcération (2003). En 2003 et 2004 aux Ghjurnate Internaziunale di Corti son portrait était affiché avec tous les autres prisonniers politiques.

Stéphane Leca, alors âgé de 35 ans, avait été condamné à 7 ans de prison par la cour d’assises spéciale de Paris en mai 2007 avec 13 autres membres présumés du « FLNC des anonymes ». Des peines de 3 à 12 ans de réclusion criminelle avaient été prononcées.

Le « FLNC des anonymes », apparu officiellement le 21 octobre 2001 et qui était initialement identifié comme « le groupe sans nom », a revendiqué 21 attentats commis en Corse entre juillet 2001 et décembre 2002 dont certains parmi les plus destructeurs de l’époque dans l’île.

Le « FLNC des anonymes » a rejoint en juillet 2003 la démarche du FLNC Union des Combattants (crée en 1999)



DATES



Le FLNC des Anonymes en quelques dates et informations. (source StoriaCorsa.unita-naziunale.org, AFP, Reuters)

Le 6 juillet 2001 : Attentat contre une caserne de CRS en construction à Furiani

Le 23 juillet 2001 : Attentat contre une caserne de gendarmerie mobile à Borgo, en plein jour et qui a fait 14 blessés

Le 12 octobre 2001 : Attentat contre une trésorerie générale en construction à Borgo

Le 21 octobre 2001 : une tentative d’attentat à l’explosif à Vescovato contre la maison d’un inspecteur des impôts.

Le 21 octobre 2001 : Revendication de 4 attentats par le FLNC des anonymes. Dans le texte de revendication du 21 octobre 2001, les clandestins accusaient le Gouvernement Jospin de  » jouer la montre dans l’attente des élections  » et affirmaient leur intention d’occuper  » le terrain militaire jusqu’à ce qu’une vraie solution politique soit mise en place, qui mènerait le peuple corse vers la souveraineté « . (source AFP) –

Le 3 novembre 2001, une tentative d’attentat à l’explosif contre la caserne de gendarmerie mobile  » Sainte Catalina  » de Calvi.

Le 6 novembre 2001 : Attentat contre la caserne de gendarmerie mobile de Borgo par mitraillage, déjà la cible d’une action terroriste le 23 juillet 2001.

le 15 novembre 2001 : Le FLNC des anonymes revendique deux actions perpétrées contre des gendarmeries par un communiqué authentifié envoyé à la radio RMC

le 23 décembre 2001: Une tentative d’attentat à l’explosif découverte par les gendarmes contre la caserne Tamariccia de Calvi, avec une charge importante mais de conception artisanale et ayant fait long feu.

Le 3 février 2002 : Attentat contre 2 villas en construction à Ventiseri dans la plaine orientale, et appartenant à des officiers de gendarmerie dont l’un exerçant en France.

Le 8 février 2002 Attentat contre une villa à Lumio où 2 charges ont explosé à 45 minutes d’intervalle exposant gravement les gendarmes venant faire leur constat

Le 12 février 2002 : Attentat contre la vedette des douanes dans le vieux port de Bastia.

Le 24 février 2002 : Attentat contre un cabinet de kinésithérapeute et contre une villa en construction à Porto-Vecchio

Le 20 février 2002 : Attentat contre la villa  » du roi des Belges  » ayant appartenu quelques années à la famille royale de Belgique, sur la plage de Palombaggia également à Porto-Vecchio.

Le samedi 30 mars 2002, le groupe clandestin des  » anonymes  » a convoqué sa première conférence de presse devant 2 journalistes dont un insulaire, dans une clairière du maquis de la région de Corte. Le groupe des  » anonymes  » a, par contre, indiqué ce jour là qu’il était pour rien dans la tentative d’attentat contre le député maire de Bastia E. Zuccarelli, mais qu’il  » félicitait  » les auteurs.

le 5 avril 2002 en pleine campagne du premier tour des élections présidentielles avec les attentats suivants : Une charge explosive d’environ 300 grammes a été lancée aux environ de 21 heures par-dessus le mur de la caserne Bacchiochi, abritant le commandement du groupement de la Gendarmerie Nationale de Corse du Sud, endommageant des bureaux, des appartements et des véhicules dans la cour

Le 6 avril 2002, par la destruction de plusieurs bungalows du Club Méditerranée  » Santa Ambroggio  » de Lumio en Balagne, avec une charge estimée à 3 kg d’un mélange de nitrate – fuel, de dynamique et d’une bouteille de gaz

Le 15 juillet 2002 : une tentative d’attentat à l’explosif contre la Trésorerie principale d’Ajaccio, qui a été neutralisée par les artificiers de la Police Nationale.

le jeudi 18 juillet 2002 : A 13 heures, un attentat a lieu contre la caserne de CRS en construction de Furiani dans l’agglomération de Bastia. Ce chantier avait déjà fait l’objet à peu près à la même heure d’une action le 6 juillet 2001 en pleine période du  » processus de Matignon Le FLNC des  » anonymes  » a revendiqué l’attentat dès le 25 juillet 2002, par un communiqué authentifié à France 3 Corse, et à l’AFP.

Dans la nuit du mardi 6 août 2002 à Ajaccio : un attentat à l’explosif dont la charge a été évaluée à 25 kg de nitrate – fuel, a visé les locaux de l’INSEE provocant de nombreux dégâts aux alentours dans les habitations.

Le mardi 13 août 2002 : le groupe des clandestins sans nom et sans sigle annonçait dans un communiqué authentifié parvenu à France 3 Corse, qu’il prenait dorénavant le nom de  » FLNC des anonymes « . Dans leur communiqué, les clandestins du  » FLNC des anonymes  » expliquaient que leur seul objectif politico-militaire était de  » combattre le colonialisme français et ses dérives, comme étant le même que leurs autres frères de la lutte armée « . Il entendait également par son nom de baptême  » montrer le réel but de sa création et apporter indirectement son soutien à la démarche de l’union des combattants du FLNC qu’il saluait « .

le 29 août 2002 : Tentative d’attentat au tribunal d’instance de Corte.

le lundi 9 décembre 2002 La DNAT et le SRPJ d’Ajaccio arrêtent sept personnes. Parmi elles, le chef opérationnel présumé, Antoine Marchini, quarante et un an, employé dans une société de distribution de magazines à Lucciana.

Sept personnes avaient été interpellées en Haute-Corse lundi. L’une d’elle, Dumè Renucci, a été relâchée, son état de santé ayant été jugé incompatible avec la garde à vue. Outre Antoine Marchini, les autres mis en examen, en décembre 2002, sont Jean-Marie Vergelatti, 59 ans, Jean-Christophe Casula, 27 ans, Christian Felicelli, 34 ans, Bernard Frédéric, 22 ans et Stéphane Leca, 30 ans.

Un huitième suspect est interpellé dans le nord de l’île le jour même de l’arrivée de Nicolas Sarkozy à Bastia, le samedi 14 décembre, alors qu’il venait se présenter à la gendarmerie de Cervione pour satisfaire à un contrôle judiciaire auquel il était soumis dans une autre affaire. Avril 2003 : Six membres présumés du « FLNC dit des anonymes », interpellés lundi en Corse, ont été mis en examen jeudi à Paris pour leur participation présumée à plusieurs attentats contre des édifices publics ces derniers mois en Corse. Cinq ont été écroués, a-t-on appris de sources judiciaires. Quatre d’entre eux, Cédric Campana, Christophe Andreu, Pierre-Jean Albertini et François Xavier Acquaviva ont été mis en examen pour « destructions et dégradations par substance explosive de biens appartenant à autrui commis en bande organisée ». Une qualification criminelle qui relève de la cour d’assises. Deux autres personnes, Alain Franquin et Antoine-Philippe Pieri ainsi que Christophe Andreu et François-Xavier Acquaviva ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » dans autre procédure, cette fois-ci correctionnelle.

Le 27 Juillet 2003 : L’organisation clandestine indépendantiste dite « FLNC des anonymes » a annoncé dimanche son intention de reprendre la lutte armée et de rejoindre le FLNC-Union des combattants.

« Nous allons reprendre la lutte armée et la radicaliser. Et comme l’union fait la force, nous rejoignons la structure de l’union des combattants et appelons nos frères de lutte du FLNC à nous rejoindre afin de faire un front uni face à l’Etat colonial français », écrit l’organisation clandestine dans un communiqué authentifié parvenu à une radio locale corse.

Le 18 octobre 2006 : Dix sept membres présumés du groupe clandestin corse le « FLNC des Anonymes » ont été renvoyés fin septembre devant la cour d’assises de Paris où ils devront répondre de 21 attentats commis dans l’île en 2001 et 2002.

Le 29 septembre 2006, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a confirmé le renvoi ordonné par le juge d’instruction antiterroriste Jean-François Ricard. La plupart de ces militants nationalistes ont été arrêtés fin 2002 et début 2003. Le procès ne devrait pas se tenir avant le troisième trimestre 2007 devant la cour d’assises spécialement composée de magistrats pour les dossiers terroristes.

Leur groupe clandestin est apparu sur la scène de la « lutte de libération nationale » le 20 octobre 2001

avec la revendication de l’attentat perpétré le 6 juillet 2001 contre la caserne de CRS en construction de Furiani (Haute-Corse). Ensuite, il a revendiqué une série d’attentats, notamment contre la caserne de gendarmes à Borgo le 23 juillet 2002, une tentative contre la brigade de gendarmerie de Calvi, dans la nuit du 22 eu 23 décembre, et les autres attentats, deux jours plus tôt, contre deux villas à Vescovato. La caserne CRS de Furiani, déjà visée le 6 juillet, avait été entièrement détruite le 18 juillet 2001 par l’explosion de cinq charges, mais il n’y avait pas eu de victimes. Tous les accusés sont mis en examen pour le délit d’association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », mais la plupart aussi pour « destruction d’un bien appartenant à autrui par substance explosive, fabrication et détention de substances explosives en bande organisée », un crime qui leur a valu le renvoi aux assises.

Franquin Alain, Vergelati Jean Marie, Mariani Dumè sont en liberté sous contrôle judiciaire.

Antoine Marchini, Stéphane Leca, Bernard Frédéric, Jean-Christophe Casula, Jean-Marie Vergelatti et Christian Felicelli. Nicolas Gianini, Ours-Jean Filippi, Ulysse-Antoine Calendini, Cédric Campana, Christophe Andreu, Pierre-Jean Albertini, François-Xavier Acquaviva, Dominique Renucci, Alain Franquin, Dominique Mariani et Antoine-Philippe Pieri.

Le 30 Mai 2007 : Quatorze membres présumés du FLNC des « Anonymes » ont été condamnés aujourd’hui (mercredi) à Paris, à des peines de prison allant d’un an de prison ferme, à douze ans de réclusion, et ce pour 22 attentats commis en Corse en 2001 et 2002. La cour d’assises spéciale n’a donc pas suivi les réquisitions de l’avocat général, qui avait demandé jeudi dernier des peines plus sévères, allant jusqu’à vingt ans de réclusion criminelle. Poursuivis pour « destruction par explosifs en relation avec une entreprise terroriste », les accusés ont toutefois subi de lourdes condamnations. Considéré comme le leader du groupe, Antoine Marchini a écopé de la plus lourde peine, puisque ce dernier a été condamné à douze ans de réclusion. Il est écroué depuis décembre 2002. Jean Christophe Casula a, lui, écopé de 11 ans. Christian Felicelli, Ours Jean Filippi et Pierre Jean Albertini ont été condamnés à 6 ans.7 ans ont été prononcés pour Frédéric Bernard, Francois Xavier Acquaviva, Stephane Leca et Ulysse Calendini. Christophe Andreu a été condamné à 9 ans, Nicolas Giannini et Alain Franquin à 3 ans. Cédric Campana, quant à lui, a écopé de 4 ans. Dominique Mariani a été condamné à 1 an. Enfin la cour a prononcé l’acquittement pour Antoine Pieri.

Le 21 juillet 2018  : Une conférence de presse du collectif Patriotti devant la caserne des CRS de Furiani pour soutenir Antoine Marchini, Stéphane, Leca, Ours Jean Filippi et les autres patriotes qui se voit réclamés 177 766 euros par l’Etat, 15 ans après l’action contre la caserne en 2001.

produits collectors du siècle dernier

error: Content is protected !!